52 semaines de gratitudes : l’amitier

Ah ben en voila tiens un sujet qui ne m’est pas facile….

J’ai des ami(e)s qui compte énormément pour moi.
Vraiment énormément.

En amitié je suis capable de tout donner, de tout pardonner ou presque.
Mais si j’ai le malheur de me rendre compte qu’on a abusé de ma gentillesse, qu’on ma prise pour une imbécile ou qu’on touche à mes enfants ou mon mari : halte là!
J’ai fini par me rendre compte que je suis assez « tout ou rien ». Que je peux accepter « tout » jusqu’au moment ou c’est « plus rien ».
Il semble que ça ne soit pas facile pour mon entourage car on m’a déjà fait des reproches à ce sujet.

L’amitié pour moi, c’est devenue compliqué. Malheureusement.
Les quelques amis qui nous restent, je leur fait confiance et je les aimes.
Malheureusement, j’ai toujours peur de ne pas faire assez pour eux, de ne pas être suffisamment là.
J’ai souvent peur de perdre leur amitié.

Il y a quelques années j’avais beaucoup d’amis.
Des gens qui étaient arrivée par ci par là dans ma vie, que j’aimais, sur qui je pensais pouvoir compter.
Comme le dis l’adage : c’est quand on est dans la m… qu’on se rend compte de nos vrais amis.
En l’occurrence, d’année en année, j’ai pu me rendre compte que j’avais fatigué les miens, ou que je ne pouvais pas compter sur eux, et même…qu’ils ne me voulaient pas que du bien.

La leçon a été rude. Très.
La confiance c’est envolée. J’ai du mal aujourd’hui à laisser de nouvelles personnes prendre cette place « d’ami ».
J’ai plein de copains, de connaissance, des gens que j’aime beaucoup. Mais j’ai des difficultés à leur donner cette place particulière.

Je ne peux m’empêcher dans certain cas de disparition amicale, de me demander ce que j’ai bien pu faire de mal pour mériter ça…
Au sentiment de rejet, s’ajoute la culpabilité, l’incompréhension, et ne sachant pas l’erreur commise, la peur de la renouveler.
Je m’en veux beaucoup, car nous avons dans notre entourage des gens de valeurs qui méritent sans aucun doute notre confiance et notre amitié.
Mais je n’y peux rien, mon petit coeur échaudé craint le rejet et préfère étudier les choses de loin avec prudence.

Le temps fera son effet pour refermer les cicatrices, certainement.

Je ne regrette pas la leçon, je ne regrette pas d’avoir moins d’amis : ceux qui restent, c’est la crème de la crème, les meilleurs des meilleurs.
Et je ne peux que les remercier énormément d’être nos amis, de nous faire une place dans leur vie.
Ça compte tellement pour moi.
Et j’espère que je ne ferais jamais rien qui pourrait entacher cela.

Alors…merci à eux, du fond du coeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s