Allaiter quand on est séparé de son bébé (retour sur mon allaitement)

Cet article est pour les mamans qui seront probablement séparer de leur bébé après sa naissance, et qui souhaitent démarrer un allaitement.
Je ne suis pas une spécialiste de l’allaitement.
Le mieux est de se renseigner auprès d’une sage femme spécialisée qui pourra adapter ses conseils à votre cas.

Je peux vous donner les conseils que j’ai reçu, qui ont fonctionné pour moi, et vous raconter grosso modo comment c’est déroulé mon allaitement (notamment le début).
Pour info j’ai allaité mon fils durant 14 mois (j’étais à la maison avec lui).

Pour l’historique :
Mon fils Valentin a une cardiopathie congénitale (une tétralogie de falot de forme sévère). Il est né à Massy, par césarienne. Nous avons été séparé dés la naissance car il est parti en réa pédiatrique cardiaque. Il a été opéré pour un blablock à J4, j’ai pu être en chambre avec lui à j6.
Malgré cette séparation, j’ai pu allaiter mon fils à partir du 6 éme jour.

Sachant qu’on allait être séparé, j’ai rencontré une sage femme spécialisé dans l’allaitement. Ce que je conseil de faire à toute femme souhaitant allaiter, y compris quand il n’y a aucun problème de santé. L’autre conseil serait de suivre les directives de la sage femme, et seulement ceux là. Car des conseils pour allaiter on en reçoit de tout côté et ils sont parfois contradictoires.

Dans mon cas, ma sage femme m’avait prescrit un super tire lait pour que je ne galère pas. Le medela symphonie.
Coup de chance, les téterelles fourni par l’hôpital étaient compatibles avec ce tire lait (il était obligatoire d’utiliser ces téterelles si je voulais que mon lait soit ensuite donné à mon fils en réa pédiatrique), j’ai pu utiliser mon tire lait et pas celui de l’hôpital (qui était moins top). Ce qui était plus confortable pour moi.

Ce que ma sage femme m’avait dit :
– commencer à tirer son lait le plus tôt possible après la naissance (moi j’ai fait 10h après),
– 6 à 8 fois par jour, environ 10 minutes par sein. (je mettais mon réveil)
Le médela symphonie permet de faire les deux seins en même temps.
Je n’ai jamais trouvé le truc pour ça. Pas assez de bras! lol
Pourtant la sage femme me l’avait conseillé, elle m’avait dit qu’on produit plus de lait comme ça (car le corps pense qu’il y a deux bébés).
– surtout ne pas laisser plus de 6 heures entre chaque tirage ou tétée (jusqu’à 3 mois, après ça ne devrait pas remettre en cause l’allaitement. Mais avant ça peut entraîner un allaitement qui s’arrête avant 3 mois. Parce qu’en fait un allaitement met plus de 3 mois à se mettre réellement en place. Donc attention avec les bébés qui font leur nuit rapidement si vous souhaitez allaiter longtemps).

Ensuite, dans les moments ou l’on sens que l’on a moins de lait:
– continuer à donner la tétée à la demande (même si c’est toutes les heures pendant quelques jours)
– la donner plus souvent si le bébé demande peut.
– faire des « super-tétée » : donner un sein, puis l’autre, puis recommander le premier, puis le second, jusqu’à ce que le bébé n’ait plus faim. Normalement au bout de quelques jours, il y a plus de lait.
– on peut aussi utiliser des tisanes, et de l’homéopathie
– boire beaucoup d’eau. (je ne suis pas une grosse buveuse d’eau, mais quand je buvais plus j’avais l’impression que j’avais un peu plus de lait). Par contre ne pas boire beaucoup d’eau ne veut pas dire qu’on aura pas de lait 😉
– enfin, il faut se reposer. Plus facile à dire qu’à faire (surtout quand le bébé passe sont temps au sein) mais c’est important.

Parfois on a l’impression qu’on a moins de lait, mais ce n’est pas forcément le cas. C’est peut être le rythme « de croisière ».

Pour ma part :
J’ai tiré mon lait pendant les 6 jours ou j’ai été séparé de mon fils. Pour m’aider j’avais deux photos de mon bébé (ça aide vraiment).
Je n’ai pas écouté les conseils des sages femmes de la mater qui me disaient complètement autre chose, par exemple d’attendre trois jours pour ne pas souffrir des contractions avec la césarienne (c’est vrai que ce n’est pas agréable), de ne le faire que 2 ou 3 fois par jours. Pour un peu j’aurai tiré mon lait en cachette (y’en a une qui me disait que j’étais folle et qui voulait me prendre mon tire lait!), et je pense que j’ai eu raison parce que sinon je n’aurais probablement pas eu de lait au moment ou j’ai retrouvé mon fils, peut être même pas de lait du tout.

J’avais allaité mon 1er enfant, j’ai trouvé la monté de lait moins douloureuse par tire lait.

Dés que j’ai mis Valentin au sein, il a téter directement alors qu’il avait été 5 jours au biberon. Je ne sais pas si c’est aussi facile pour tous les enfants.

Après ça a été un allaitement normal avec les angoisses habituelles : est ce que j’ai assez de lait? est ce qu’il prend bien?
Le premier mois et demi j’avais les seins très durs et le lait sortait tout seul, puis mes seins sont redevenus « normaux » et j’avais l’impression que je n’avais plus de lait. Alors qu’en fait j’ai pu continuer l’allaitement sans problème. Par contre je ne devais pas stocker beaucoup dans mes seins, car Valentin vidait les deux seins en moins de 10 minutes (en tout!) et réclamait très souvent (toutes les 1h30 le premier mois et demi, puis il a augmenté l’écart, mais il a quand même très souvent, même après ses un an, demandé toutes les 2h. Aujourd’hui il a 20 mois, il mange encore de cette façon : de petits repas plus souvent)
Par contre chaque fois que j’ai voulu diminuer l’allaitement (notamment la nuit après qu’on ait commencé la diversification) Valentin prenait moins de poids. Signe que même si il ne tétait pas longtemps, que j’avais l’impression de ne pas avoir de lait, il y en avait!
Alors j’ai continué coûte que coûte malgré la grosse fatigue (mais c’était mon choix. Pour mon premier je n’avais pas pu, c’était vraiment trop dur)

Chaque bébé est différent, avec des besoins différents 😉

L’allaitement a beau être naturel, il n’est pas facile pour autant.
D’abord c’est fatigant. Le lait maternelle se digère plus vite, les bébés réclament plus souvent (bien sur il y a toujours des exceptions)
Ensuite je trouve qu’allaiter ça fait mal. Avec Valentin j’ai eu mal pendant 1 mois et demi. Pas longtemps, juste 30 secondes à chaque sein, à chaque tétée (pour ma part je donnais les deux seins à chaque tétée). Pas grand chose, juste un pincement assez fort pour que par moment j’ai du prendre beaucoup sur moi pour lui donner le sein parce que je n’avais pas du tout envie d’avoir mal.
Si vraiment ça fait trop mal, il existe des bout de sein en silicone.

Pour les tétons qui s’abîment, à la mater on m’avait donné des échantillons de crème cicatrisante, qu’on a pas besoin de rincer avant la mise au sein. Je l’utilisais avec parcimonie, j’ai redemandé des échantillons avant de partir, et je n’ai pas eu à acheter de tube supplémentaire (elle est plutôt onéreuse comme crème, mais très efficace). J’ai eu de la chance car je n’ai pas eu de soucis d’engorgement ou autre durant mon allaitement.

J’ai continué à tirer mon lait de temps en temps pendant 3 ou 4 mois. Pour sortir et laisser papa s’occuper du bébé. Et m’offrir de temps en temps une vrai nuit de sommeil (et c’est papa qui gérait).
Mais en vrai je n’ai pas fait de vrai nuit de sommeil pendant toute la durée de l’allaitement (j’ai eu le modèle qui se réveil toutes les 2h, pendant plus d’un an. Tous les bébés ne sont pas comme ça.) même quand je laissais bébé avec son papa, je l’entendais pleurer et je ne pouvais pas vraiment dormir.
Par contre j’ai la chance d’avoir un bébé qui accepte le sein comme le biberon, du moment que le lait soit là (mais qui n’était pas patient pour attendre que le lait se réchauffe! lol). Et que se soit le bib ou le sein, pas de soucis d’essoufflement. Mais chaque cas de falot est unique, je sais que pour certains enfants l’allaitement était trop fatiguant. Les mamans peuvent encore tirer leur lait dans ce cas et le donner par biberon. Mais c’est très fatiguant , très prenant: il faut le temps pour tirer son lait et le temps pour le donner. C’est possible et très courageux de le faire (mais attention à l’épuisement maternel)

L’allaitement c’est bien. Le lait est adapté à l’enfant sans transformation, c’est effectivement ce qu’il y a de mieux pour lui.
MAIS
Il vaut mieux une maman qui donne le biberon avec le sourire qu’épuisée et au bord du burn out par un allaitement qui se passe mal pour une raison ou une autre.
Des tas d’enfants sont élevés au lait industriel et ils vont bien.

Donc le principale pour moi, c’est de faire comme la maman le sens.

J’ai allaité Valentin pendant 14 mois. Je voulais aller jusqu’à ses un an et son opération. C’était très important pour moi.
J’ai réussi et j’en suis très contente. Je ne suis pas pour autant une spécialiste de l’allaitement, loin s’en faut.(ici ce sont les conseils qui ont fonctionné pour moi. Le mieux je pense est de rencontrer une sage femme spécialisé qui donnera les conseil adaptés à votre cas)
Et je pense aussi que si j’ai pu allaiter mon fils comme ça aussi longtemps, c’est aussi parce que j’étais à la maison avec lui. C’était quand même beaucoup plus facile.
Egalement on nous avait prêté un lit de cododo. Et ça m’a vraiment facilité la vie. Si j’avais du me lever 3 fois par nuit pour allaiter Valentin, je pense que je n’aurais pas tenu le coup.
Pendant une longue période j’ai dormi avec mon bébé et Alex a dormi dans la chambre d’a côté. Beaucoup de personne ont trouvé que ce n’était pas une bonne idée, mais au moins Alex dormait et était en forme pour s’occuper du grand la journée(et de bébé), et moi je gérais les nuits sans me mettre la pression pour ne pas faire de bruit. Si c’était à refaire, je ferais exactement pareil!

Bref commencer un allaitement sans avoir son bébé auprès de soit, c’est un peu plus compliqué c’est certain. Ça demande de l’organisation. Mais c’est possible. Si c’est ce que vous souhaitez, alors faites le. La plupart des institutions médicalisées autorisent voir incitent les jeunes mamans à allaiter ou à tirer leur lait pour le donner à leur bébé. Renseignez vous auprès du service qui va vous recevoir.
Je le répète, je ne suis pas une spécialiste de l’allaitement. Le mieux est vraiment de rencontrer une sage femme spécialisée qui donnera les conseils adaptés à votre cas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s