2 avril : Valentin a mal.

La nuit a été « normale ». Avec 3 ou 4 réveils de mon loulou.
J’ai continué à l’allaiter sans le sortir de son lit.

nos petits coeurs - 2 jour après opération curative

Dans le lit à barreaux

Par rapport à sa première opération, je n’hésite pas à demander des médicaments pour mon bébé. Même si je ne ressens pas qu’il souffre, je préfère demander avant (sinon une fois qu’il a mal, il faut appeler, attendre que la personne arrive, expliquer, attendre que la personne reparte et revienne, en espérant qu’elle ne soit pas intercepter par quelqu’un d’autre, et ensuite encore attendre que le médicament fasse effet. Ça nous est arrivé une fois qu’il se passe plus d’une heure avec d’avoir le médicament 😦 Ça n’est pas la faute du personnel, mais c’est dur pour le bébé souffrant et c’est dur pour les parents).

 

C’est le moment de faire le bain.
Valentin n’en mène pas large dés qu’il voit les blouses bleues débarquer. Le pauvre doit croire qu’il va encore être emmené quelque part pour faire des choses pas rigolotes et être séparé de nous.

Valentin est déshabillé et pesé : 8kg400.
Il a perdu 200gr.
On nous dit de ne pas nous inquiéter pour cette perte de poids, mais en fait nous on est vraiment content. 200gr c’est rien compte tenu de l’opération et du jeune qui va avec!
(d’ou l’importance pour moi d’être bien préparer à ce qui va se passer et d’avoir un maximum d’information possible. Tout ce qui aurait pu être de mauvaises nouvelles si nous n’avions pas su, étaient de bonnes nouvelles pour nous. Nous avons vu la différence avec d’autre parents: par exemple certains tenaient leur enfant comme si il n’avait pas eu d’opération et s’étonnaient qu’il pleure beaucoup 😦 )

Ensuite l’aide soignante mouille un peu le pansement de Valentin et lui enlève.
La cicatrice de Valentin nous apparaît.
Forcément c’est impressionnant. Mais ce n’est pas la première fois que nous en voyons une malheureusement.
Pour autant elle est un peu plus longue que l’ancienne. Il y a des bleus un peu tout autour. Les fils aux extrémités sont plus long. Et il y a une bosse tout en haut.

nos petits coeurs - 2 jour après opération curative

cicatrice j2

L’aide soignante nous explique comment laver la cicatrice :
-Se laver les mains convenablement avant. Et utiliser un gel hydroalcoolique aussi.
– Prendre un gant jetable (ou un gant propre laver précédemment à 90° ) mettre un peu de savon et faire mousser.
– Passer le gant sur la cicatrice, sans appuyer. Tout doucement.
– Jeter le gant
Puis il faut utiliser un autre gant pour le reste du corps, sans passer au dessus de la cicatrice (pour ne pas qu’il y ait des gouttes qui tombent dessus).

Elle nous propose de faire le reste de la toilette de Valentin, si nous le désirons. Mais sinon, si nous sommes trop impressionnés, elle le fait.
Je lui répond que l’on fera le mieux pour Valentin, et que le mieux pour lui c’est que ça soit nous qui nous en occupions.
Je prends sa place, et effectivement notre titi se détend un peu.
Je passe nettoie le reste de son petit corps avec le gant, sous les instructions de l’aide soignante.
Toujours en suivant ses directives, j’attrape mon fils (une mains passant sous sa tête pour attraper son bras au niveau de l’aisselle avec ma main et faire une pince. L’autre mains sous ses fesses.Comme pour les nouveaux nés en fait.) et je le plonge dans l’eau.

L’aide soignante nous explique qu’il ne faut pas qu’il y ait trop d’eau, que la cicatrice doit être rincée mais pas trop plongée dans l’eau (sinon la peau ramollie et au niveau des points se n’est pas souhaitable).
J’essaye de laisser un peu Valentin « en apesanteur » sans pour autant que sa cicatrice soit dans l’eau. Je crois qu’il apprécie se moment.

Et hop je le sort. On le sèche (tapoter tout doucement avec une serviette propre la cicatrice. La serviette ne doit pas servir ensuite à sécher le reste du corps.) et on l’habille (j’avais prévu des body qui s’ouvrent sur le devant. C’est ce qu’il y a de mieux pour ne pas faire mal aux bébés après l’opération. Car mettre trop les bras vers le haut ou en arrière leur fait mal).

L’aide soignante nous félicite. Elle nous dit que c’est rare les parents qui donnent le premier bains après l’opération. Souvent très impressionné par la cicatrice ils préfèrent laisser leur place à quelqu’un d’expérimenté.
Nous ne disons rien, mais si le compliment nous fait plaisir nous savons qu’il n’est pas tant que ça mérité: nous avons déjà vécu ce genre d’expérience. C’est plus facile pour nous que pour beaucoup des parents du service.

Mais si j’avais un conseil à donner aux parents, c’est de donner ce premier bain même si c’est très impressionnant et que vous avez peur de faire mal à votre enfant. Parce que c’est plus facile de faire une première fois avec l’aide de quelqu’un qui corrige nos gestes si besoin, que de regarder et de devoir faire seul ensuite.

Bref, dans notre cas la matinée c’est bien passé. Valentin refait plein de sourire et souhaite bouger de plus en plus.

nos petits coeurs - 2 jour après opération curative

le retour du petit clown

Et puis l’après midi…

Valentin n’est plus abruti de médicaments. il retrouve sa vivacité. Mais il se fait avoir : certain gestes lui font mal.
Nous essayons comme la veille de rester le maximum auprès de lui pour le cajoler et lui éviter de trop gigoter.

Malheureusement nous sommes également fatigué et moins vigilent.
Valentin arrive à un moment à se mettre sur le ventre.
Je le vois faire, presque au ralenti : il est allongé et commence à basculer sur le côté, il veut aller sur le ventre. Mais pendant le mouvement je vois sa tête changer d’expression et tout d’un coup il ne veut plus être sur le ventre car il a très mal. Une fois sur le ventre il s’arc boute sur ses deux petits bras et il hurle, ce qui lui fait encore plus mal je suppose.

J’ai une demi seconde ou je suis tétanisé : je ne sais pas quoi faire, comment l’attraper (pas sous les bras, alors comment?), pour ne pas lui faire mal davantage et le faire de nouveau basculer sur le dos.
Alex est plus rapide que moi, il attrape Valentin pour le remettre sur le dos et il le prend dans ses bras pour le calmer.
Valentin pleure beaucoup dans les bras de son papa. Nous demandons un calmant (il n’en a pas eu depuis un moment). Je tente de m’approcher pour le câliner à mon tour mais mon bébé me repousse. Il a les yeux rempli de reproche il me semble.

J’ai envie de pleurer, je me sens impuissante pour l’aider.
Et je me sens responsable aussi. De tout, du début jusqu’à la fin. Putain de culpabilité.

La suite de l’après midi Valentin va réclamer son papa continuellement. Il ne voudra que lui à ses côté. Chaque fois que je m’approche il tente de s’éloigner de moi, si il peut il se tourne de l’autre côté.
Je vais lui proposer le sein plusieurs fois mais il le refuse.
Il va rester 17h sans téter.

Je vis très mal la situation.
On nous avait dit que les enfants peuvent bouder à la sortie de la réanimation, qu’ils peuvent nous en vouloir et nous faire la tête de les avoir « abandonnés ».
Je ne m’attendais pas à ce que Valentin m’en veuille exclusivement à moi, je ne m’attendais pas à ce regard là. Je ne m’attendais pas à ce que mon fils pense que c’est moi qui lui fait du mal, ou qu’il a mal à cause de moi.

Jusque là je donnais des nouvelles régulièrement par sms et sur facebook. Le dernier message disait que tout allait bien. A la suite de cet événement je répondrais encore aux sms qu’on nous enverra mais je ne donnerais pas d’autre nouvelle.
Je suis démoralisée.

Alex est épuisé de son côté, car il doit s’occuper de Valentin seul désormais.

Nous espérons que la situation ne vas pas s’éterniser. D’autant que la nuit suivante il ne sera pas là. Et que nous ne sommes plus seul dans la chambre : un autre enfant est arrivé avec son papa et sa maman. Cette nuit nous serons 4 dans la piéce et je n’ose imaginé l’enfer que cela pourra être pour tout le monde si Valentin pleure et ne veut pas que je m’occupe de lui.

Le repas du soir arrive.
Valentin n’a rien mangé depuis un moment.
Il ne veut toujours pas que je l’approche mais semble ne plus avoir mal.
Nous tentons un petit repas dans une chaise haute, avec le dossier un peu allongé.
Notre petit bonhomme est content et fait plein de sourire.
Il avale la moitié de son petit pot et un peu de yaourt.
Il semble tenté par le pain alors nous lui en donnons petit morceau. Puis un autre.
Puis…il vomit.
Il a très certainement la gorge irritée suite à l’intubation et les morceaux ne passent pas encore. Nous sommes désolés pour notre petit bonhomme, nous n’aurions pas du lui donner du pain.
Valentin va bien mais ne veut plus manger.

Et puis il est temps de coucher notre petit bonhomme. Et qu’Alex aille à l’hôtel dormir aussi.

Je suis très inquiète pour la nuit.

Finalement elle se passe bien.
Quand Valentin se réveille je le met au sein, qu’il accepte.
Il accepte mes bras et mes câlins.
Il fait une nuit « normale » encore une fois.
Ouf.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s