Jouer à la roulette russe

Bon.
J’ai écris un article sur le fait que je ne me justifierais plus. C’est important, parce que je sens que ce que je vais annoncer par la suite, certaines personnes ne vont pas le comprendre. Tant pis pour eux.

 

Depuis quelques temps j’ai la sensation de jouer à la roulette russe avec la santé de Valentin.
Nous l’avons emmené dans un centre commerciale, car nous avions des courses à faire.
Nous l’avons mis dans les bras de certaines personnes, pour leur faire plaisir. Parce que ça nous faisait plaisir aussi.

Mais suite à la varicelle et au rendez vous avec le cardio, je me suis rendu compte qu’on prenait des risques pour rien.

Le cardio m’a rempli le dossier de l’ajpp, il nous a dit qu’on avait raison d’en faire la demande, que non on n’abusait pas, et que c’était une très bonne chose qu’on garde Valentin à la maison pour le préserver des microbes.
Franchement rester à la maison, ce n’était pas mon choix de base. Moi je voulais reprendre le boulot, à 80%. C’était ça notre envie à tous les deux. On aurait eu chacun un jour avec les enfants et on aurait eu notre vie sociale, sans que ça nous pénalise trop au niveau de nos travails ni financièrement.
Mais dans la vie il faut s’adapter. Et pour Valentin, pour sa santé, on a fait un autre choix.

Quand on a su que Gabi avait fréquenté un enfant qui avait la varicelle,nous lui avons demandé de ne plus faire de bisous à son frère, de ne plus l’approcher. Ça nous a fait mal au coeur. Mais c’était important d’essayer que Valentin n’ai pas la varicelle.

Aujourd’hui encore, quand l’un de nous tousse, à le nez qui coule, à un début de quelque chose, il évite de trop manipuler Valentin, de lui faire des bisous. Ou alors avec un masque et en se lavant très souvent les mains et en utilisant du gel hydroalcoolique.

Pour Gabi ces précautions sont très difficile à supporter. Il adore son frère et accepte mal de ne pas pouvoir le toucher. Chaque fois il nous reparle de l’hôpital ou il ne pouvait pas faire de bisous à son frère. Ça le rend malheureux.

Nous nous imposons des précautions pour protéger Valentin. Ça n’est pas drôle, mais si Valou devait tomber malade et faire un séjour supplémentaire à l’hôpital, ça serait vraiment vraiment pas drôle. Si vous me dite que c’est rare, je vous invite à relire l’article « me justifier? ».
Qui pourrait dire ce qui va arriver ou pas? Pas moi, pas nous, et on ne prendra pas de risque avec la santé de notre bébé.

C’est pourquoi nous avons décidé que Valentin n’irait plus dans les bras des gens. C’est une décision contre nature pour nous. Nous avons mis Gabriel dans les bras de tout le monde quand il était petit. Et c’est très difficile pour nous de ne pas faire la même chose avec Valentin, de ne pas le mettre dans les bras des gens qui de toute évidence n’attende que ça. Nous aimerions pouvoir leur faire plaisir, ça nous ferait vraiment plaisir mais ça n’est pas possible. Nous ne souhaitons plus prendre de risque.
En fait c’est une décision que nous avions prise avant sa naissance, mais que nous n’avons pas tenu à la sortie de l’hôpital. Parce que nous étions tellement content de revenir avec notre bébé qui allait bien, que nous avons eu envie de le partager. Pendant quelques jours nous avons fait comme avec un bébé « normal ». La varicelle nous a rappelé que les microbes il y en a partout, que parfois les personnes ne savent même pas qu’elles sont malades. Et que nous prenions des risques en faisant côtoyer trop de monde à notre bout de chou.

Désormais Valentin n’ira que dans les bras d’Alex ou les miens. Et de temps en temps ceux de Gabriel.
Nous allons éviter de promener notre loulou dans les centre commerciaux, dans les endroits ou il y a beaucoup de monde. Me voila donc en congés pour garder mon bébé, cloîtrée à la maison!
Nous allons éviter les grands rassemblement de personnes, même familiaux ou amicaux. Et quand nous irons en soirée/sortie avec un peu de monde, Valentin sera en écharpe.
Nous allons éviter les petites caresses des gens, sauf pour ceux qui accepterons le gel hydroalcoolique. Nous allons surtout éviter les gens qui lui parle à 10 cm! Pour ça l’écharpe sera un atout précieux.

Voila. Ça nous fait franchement mal au coeur car nous ne faisons pas partie des parents qui gardent jalousement leurs enfants pour eux. Et Gabriel a été tellement accessible étant petit, que je m’attends à ce que pas mal de monde ne comprenne pas notre décision pour Valentin. Ce qui va nous rendre la chose encore plus difficile.

Mais c’est comme ça. C’est le mieux pour notre petit bout. Je n’ai pas envie d’avoir de regret après coup si il y a un problème.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s