12 mars : Valentin est dans nos bras

Je suis réveillée tôt, comme d’habitude. Vers 6h quoi.
La veille j’ai senti la pression retombée petit à petit, même si pas complètement. J’espère que la nuit c’est bien passé. Alors dort profondément alors j’attends, je ne le réveil pas.

Cette nuit j’ai fais un cauchemar : j’ai rêvé qu’on ne pouvait pas récupérer Valentin parce que les services sociaux n’étaient pas d’accord. Il y avait un défilé de médecins dans notre chambre pour nous empêcher d’aller rejoindre notre fils. Pffff

J’attends…mais j’ai hâte de savoir si la nuit c’est bien passé.

Je fini par réveiller Alex à 7h45. De toute façon je sais que le petit dej ne va pas tarder.

Et sitot qu’il a les yeux ouvert je lui demande d’appeler la réa.

 

Valentin va bien. Il a passé une bonne nuit, il a bien bu. Ouf.
Alex pose quelques questions puis raccroche. Et là j’apprends que l’infirmière lui a dit qu’il n’y a pas de chambre mère-enfant de disponible, mais que sinon ce soir on aurait pu dormir ensemble. J’en pleure de joie. Oui de joie, parce que ça veut dire que notre loulou va vraiment bien. Nous on s’attendait à ce que ça soit pour demain soir (ce qui devrait avoir lieu finalement). Je n’ai pas d’amertume par rapport au fait qu’il n’y ait pas de chambre de dispo. J’ai aussi besoin de me faire à l’idée : je me rends compte que j’ai oublié comment on s’occupe d’un nouveau né, qu’il va falloir apprendre à s’occuper de lui avec sa cicatrice (il a quand même eu le toraxe ouvert, donc il faut le manipuler avec précautions pour ne pas lui faire mal, aux moins quelques temps).

 

Moment de bonheur.

Reste de la matinée en toilette et quelques soins pour moi : on me retire les agrafes de la césarienne (ça va beaucoup plus vite ici que pour la 1ére).

Le gyneco passe et me dit qu’il est content, pour une fois il me voit avec le sourire. Les infirmières, sage femmes et auxiliaires sont toutes du même avis : j’ai meilleur mine !

 

Ensuite il nous faut patienter.

 

16h. Nous allons voir Valentin. J’y vais à pied, sans le fauteuil du tout. Je sens qu’Alex a envie de courir, mais il m’attend. Il prend son mal en patience.
On arrive prés de Valentin. Il n’a plus aucun tuyau, perf ou autre. Il a juste des capteurs. Il va bien. L’infirmière nous propose directement de le prendre dans nos bras.

Alex a décidé que je l’aurais la première, parce qu’il avait eu Gabi en premier. Je m’installe et l’infirmière me pose Valentin. Il est tout chaud. Il est bien callé dans mes bras, il est calme, il dort comme d’habitude. Nous faisons des photos. Et nous avons le droit à plein de petits sourires. Je le trouve tellement petit, tellement léger…
Malheureusement au bout d’un moment j’ai mal aux épaules. Je dépose donc Valentin dans les bras de son papa. Nous sommes un peu gauches, nous avons peur de lui faire mal. Nous apercevons le pansement en dessous de son body…

J’ai un gros coup de barre. Je m’en veux de ne pas pouvoir profiter d’avantage de ce moment, mais je suis crevée. Les nerfs lâchent petit à petit, la fatigue se fait sentir.

Alors je propose à Alex de retournée seule à la chambre et qu’il reste avec Valou. Mais il me propose de venir avec moi et qu’on revienne ensemble plus tard. L’infirmière nous signal qu’il y aura un biberon dans moins d’une heure si on veut lui donner…je réfléchis : 1h ça fait juste pour retourner à la chambre, me reposer, tirer mon lait et revenir. Alors je décline à contre cœur. Mais je sais que à partir de demain, je pourrais passer tout le temps que je veux avec mon bébé. Même mieux, nous nous en occuperons vraiment, il nous sera « rendu » !

 

A la chambre je me couche et…je m’endors. Je suis réveillée par une quinte de toux 1/2h plus tard. J’ai très très mal.
Il est 18h, c’est l’heure du diner ! Pfff on vit vraiment au rythme de la maison de retraite ! lol
Le temps de tirer mon lait, d’avoir ma piqure pour la phlébite, le temps file file…
Je demande à avoir un fauteuil cette fois. Le trajet de tout à l’heure et la quinte de toux font que j’ai mal à ma cicatrice et je ne me sens pas de refaire le trajet.

 

Nous passons plus de temps avec notre bébé. Il est dans mes bras, il est doux, il est beau, il est chaud…et j’ai la trouille ! Tout d’un coup j’ai peur de ne pas savoir m’occuper de lui. J’ai l’impression d’avoir tout oublié.

Le chirurgien passe, le cardiologue aussi. Ils ont tous le même discourt : Valentin va très bien !
Je sens que son body est mouillé, j’en parle à l’infirmière. Elle me propose de changer sa couche. Je dis oui, bien que je ne sais même pas comment m’y prendre. Pourtant on a déjà eu un bébé.
L’infirmière nous guide. A deux on fini par arriver à changer la couche. Pfff je sens qu’on va avoir du boulot pour se remettre dans le bain ! lol

Et on reprend notre petit bonhomme dans nos bras. Quand je suis fatiguée, je passe le relais à Alex. Je les regarde tous les deux. Il ne manque que Gabi pour que nous soyons au complet.

Je me sens apaisée.

 

Ce soir nous avons dis bonne nuit à notre petit loup et nous l’avons laissé encore une fois. Peut être la dernière avant un moment. C’est ce qu’on espère.

Demain je devrais changer de chambre pour m’installer avec lui. Certainement qu’il y aura une première mise au sein, plein de chose à redécouvrir.

Demain sera peut être une longue journée bien rempli.

Demain…

 

A partir de demain je pense que j’aurais moins de temps pour donner des nouvelles. A partir de demain je (re)deviens une maman à temps complet !

Publicités

Une réflexion sur “12 mars : Valentin est dans nos bras

  1. Pingback: Notre tétralogie de Fallot. | Nos petits coeurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s